Home / Palmyre toujours en danger, selon un spécialiste syrien

Palmyre toujours en danger, selon un spécialiste syrien

Par Culturebox (avec AFP)
Palmyre citadel 26.03 (4)Mis à jour le 29/03/2016 à 18H28, publié le 29/03/2016 à 18H25
Le site historique de Palmyre (Syrie), d’où le groupe Etat islamique (EI) a été chassé la semaine dernière, est toujours en danger, car les troupes de Bachar al-Assad pourraient s’y livrer à des pillages, a averti mardi un archéologue syrien exilé en France, qui pilote un réseau d’informateurs sur les destructions du patrimoine syrien.
La reconquête de Palmyre par le régime de Damas “est une bonne nouvelle”, cependant “l’armée syrienne doit prendre ses responsabilités en protégeant le site, or ce n’est pas le cas”, a dit à l’AFP Cheikhmous Ali, docteur en archéologie du Proche-Orient ancien à l’Université de Strasbourg.
Le danger le plus immédiat, selon ce spécialiste engagé au sein de l’Association pour la protection de l’archéologie syrienne (APSA), concerne le musée de Palmyre, “perle” du désert syrien, une cité de plus de 2000 ans inscrite par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité.
A part quelques statues dont les visages ont été saccagés par les jihadistes, ses collections ont été relativement épargnées par les neuf mois durant lesquels l’EI était maître de la ville.
Le musée ouvert aux pillages
Toutefois les locaux ont été endommagés par les récents bombardements : les portes du musée sont désormais “grandes ouvertes”, et aucun archéologue n’est présent pour empêcher d’éventuels pillages par les troupes syriennes. Selon Cheikhmous Ali, le régime pourra par la suite accuser l’EI de ces vols éventuels, d’autant plus facilement qu’on ne dispose d’aucun inventaire précis des collections.
De manière générale, “la protection du site ne compte pas parmi les priorités de l’armée, pas plus que pour les autres belligérants”, a estimé l’archéologue.
On peut craindre en outre que l’armée, en menant des travaux de terrassement pour installer ses campements militaires, ne détruise de vastes zones archéologiques non encore fouillées, comme elle l’a déjà fait entre 2012 et 2015, “ce dont on a très peu parlé”, a déploré ce spécialiste.
Laisser les décombres en l’état
Du fait de ces travaux militaires, “nous les archéologues, nous avons perdu de manière irrémédiable des informations très importantes, d’une valeur égale, sinon supérieure, à celle du temple de Bêl” détruit par l’EI, a souligné Cheikhmous Ali.
L’archéologue s’est par ailleurs montré très sceptique quant à l’idée, avancée lundi par le chef des Antiquités et des Musées de Syrie, de reconstruire d’ici cinq ans les principaux monuments détruits par l’Etat islamique. “La reconstruction est possible, mais pas dans les conditions actuelles. Ce genre d’opération doit obéir à des règles, et dans un pays en guerre, beaucoup de fautes seront inévitablement commises”, a jugé l’universitaire. Pour Cheikhmous Ali, “il vaudrait mieux laisser les décombres en l’état, et construire à proximité une réplique des monuments détruits”.
 
 

Check Also

The Limestone Massif :Deir Sunbel – destruction a byzantine monument by the syrian rebellion

Related